Comprendre les addictions

L’hypnose médicale, véritable glaive de pouvoir face aux addictions. Mieux comprendre pour mieux vaincre.

« Pourquoi certains d’entre nous semblent ne pas avoir de volonté et pourquoi est-il si difficile de contrôler nos habitudes ? »

addiction-hypnose

Pour bien comprendre les addictions, notons qu’elles agissent en 3 phases :

Si nous observons les réactions de notre cerveau, d’un point de vue scientifique, une addiction comporte 3 phases : le signal déclencheur du comportement, la routine (l’addiction elle-même), et ensuite la récompense. Récemment, il a été découvert que ce n’est non pas le comportement qui enracine la routine mais bien le déclencheur et la récompense. La première clé pour s’en délivrer c’est donc de comprendre que notre cerveau a besoin d’un signal de départ pour reconnaître l’addiction, et qu’il a besoin d’une récompense à la fin pour valider son modèle de routine. En outre, on peut observer qu’une addiction entraine toujours une gratification quasi immédiate.


Pourquoi sommes-nous conditionnés aux habitudes ?

cannabis-addictionEn réalité, il nous est impossible de nous passer d’habitudes parce que bon nombre d’entre elles sont positives et nous permettent d’organiser les tâches dans notre cerveau. Certaines habitudes sont des tâches difficiles pour notre cerveau et elles se simplifient quand elles deviennent des routines (comme conduire par exemple). D’un point de vue scientifique, les données du cortex préfrontal (la partie du cerveau qui prend les décisions) sont alors déplacées vers les noyaux gris centraux (à l’intérieur du cerveau) qui gèrent les habitudes et les réponses automatiques. On peut dire que le cerveau réaffecte alors les manœuvres difficiles afin de les rendre automatiques. Laissant ainsi la place à de nouvelles prises de décisions et aux choix vitaux. Les habitudes nous seraient donc bénéfiques. Mais là où le bât blesse, c’est quand nous laissons des habitudes malsaines prendre les commandes.


Et les bonnes résolutions, est-ce qu’on arrive vraiment à s’y tenir ?

iaddiction-hypnose-shoppingAu bout d’une semaine, 75% arrivent à s’y tenir

Au bout d’un mois, ce chiffre baisse à 60%

Au bout de 6 mois, seuls 40% y tiennent encore.

Au bout d’un an, ce chiffre est quasiment nul.

Selon les chercheurs spécialisés dans les recherches sur la volonté, une partie de nous cherchera toujours la survie immédiate. Dans ce contexte, la gratification est une solution simple afin d’éviter la souffrance de l’instant présent.


La cohabitation de deux instincts opposés

alcoolisme-hypnoseL’être humain est doté de deux instincts de survie totalement différents. Le court terme, et le long terme. La partie de nous qui répond à l’impulsivité fera des choix très différents de celle qui songe aux objectifs à long termes, à nos valeurs et qui prend du recul pour envisager notre vie dans son ensemble. En soi, il est parfaitement naturel de se sentir écartelé entre ces deux versions de nous-même qui coexistent en chacun de nous. Le stress, par exemple, enclenchera souvent un instinct de survie à court terme et aura donc des conséquences plutôt impulsives.

C’est précisément parce qu’une partie de notre cerveau nous pousse vers le désir et le besoin immédiat qu’une autre nous fournit la maîtrise de soi et la capacité à formuler des objectifs à long terme.

Pour stopper une addiction, les conseils ne manquent pas mais ils sont malheureusement souvent peu porteurs. A l’inverse par exemple, se sentir soutenu et relié aux autres devant un problème commun nous place physiologiquement dans un état de volonté. Et oui, la volonté serait contagieuse ! Ce qui explique le modèle de réussite des thérapies de groupe dont les AA (alcooliques anonymes) pour ne citer que les plus connus. Si le soutien une béquille précieuse, il est insuffisant à lui seul contre la volonté car il ne modifie pas les neurotransmetteurs, il permet seulement d’améliorer l’état mental général.


Comment maintenir les changements une fois qu’on a commencé ?

Tout d’abord, il faut reconnaître les déclencheurs et les éviter. Si on essaie juste, par exemple, de supprimer une habitude, sans travailler sur ses déclencheurs, on crée alors un vide et donc un besoin. Les chances de rechute dans ce contexte sont très grandes.

cigarette-addictionOn peut alors soit travailler sur les déclencheurs + la récompense pour supprimer le besoin (ce que fait l’hypnose), soit créer une autre habitude qui prendra racine en répondant aux mêmes déclencheurs et amènera à la même forme de gratification (raison pour laquelle la cigarette est souvent compensée par la nourriture, les déclencheurs étant similaires). La deuxième option n’étant bien-sûr pas conseillée sous peine de s’enliser dans des addictions en chaine.

Pour le sevrage des addictions, il faut savoir que la manière dont notre cerveau traite les habitudes est très similaire à la manière de traiter les accoutumances. Raison pour laquelle on peut encore avoir envie d’une cigarette 2 ans après avoir arrêté de fumer alors que l’accoutumance physique, après 100h, a totalement disparu de l’organisme. Les accoutumances et les habitudes sont en fait ressenties de la même façon ce qui peut être déroutant et mener à de mauvaises conclusions.


L’importance d’accepter nos émotions et de faire appel à l’hypnose

jeux-addictionPour se libérer d’une addiction, il faudra agir à la base du problème et déterminer ce qui nous pousse à déclencher le besoin. En vérité, le plus efficace est d’utiliser l’hypnose pour trouver la raison d’être du déclencheur qui entretien l’addiction. Cela peut-être un besoin d’amour, de présence, d’appartenance, d’autonomie, d’estime, d’activité, de réussite… il y a, pour ainsi dire, autant de raisons que d’êtres humains. C’est pourquoi le programme en hypnothérapie d’une personne ne sera jamais celui d’une autre. Il faut agir de manière très personnelle. Chacun face à sa propre histoire.

Les séances d’autohypnose sur le net font ne fonctionnent pas parce qu’elles ne sont pas personnalisées.

Les addictions sont basées sur la recherche du plaisir. Elles sont gérées par le cerveau émotionnel, le cerveau limbique auquel on a principalement accès sous hypnose. Elles dépendent donc, non pas d’une réflexion, mais bien d’un ressenti. Raison pour laquelle, l’hypnose est bien plus efficace que toute autre thérapie pour se libérer d’une addiction.

« Changer ses mauvaises habitudes = découvrir des vérités qui nous dérangent »

Nous savons que nous réagissons de manière plus impulsive quand nous sommes malheureux ou stressés. Si nous tenions une liste des récurrences des addictions, nous verrions dans ces moments fragiles de véritables pics de consommation.

Il est aussi prouvé que se défaire d’une mauvaise habitude du jour au lendemain est plus propice à la rechute. Au contraire, introduire de petits changements progressifs sur les déclencheurs convient mieux pour tenir des objectifs à long terme. Cela implique moins de volonté, et donc moins de difficulté. Et puis cerise sur le gâteau, chaque objectif atteint double les chances de réussite sur le long terme en renforçant la motivation et l’estime de soi.

sex-addictionNous savons que l’état de bien-être physique et mental influent sur la résistance à la tentation. Le lobe préfrontal, qui détermine nos choix, est très sensible au stress et au manque de sommeil. Ainsi, plus on a le moral au beau fixe, plus on sera enclin à résister à la tentation. Cela explique pourquoi, la volonté peut parfois fluctuer au cours d’une même journée. Cette dernière est aussi liée aux cycles du sommeil et au rythme cardiaque.

« Paradoxalement, si nous faisons trop appel à notre volonté, nous la perdons ».

Essayons plutôt de nous poser ces 3 questions à chaque tentation :

  • Pourquoi ici et maintenant ?
  • Comment je me sens ?
  • Et si j’attendais ? juste un peu…5 minutes… 10 minutes… 15 minutes et ainsi de suite en me focalisant sur autre chose…

Pourquoi certaines personnes parviennent-elles plus facilement à se retenir et à attendre que d’autres ?

Il s’agit d’une capacité interne d’autodiscipline qui s’entraîne et se fixe très tôt durant la petite enfance. Apprendre à nos enfants à résister devant la tentation leur permettrait une meilleure autodiscipline en grandissant (et surtout de ne pas créer de besoins, et donc de déclencheurs toxiques). En tant que parent, un des plus beaux cadeaux à offrir à vos enfants est la capacité à attendre, à se refocaliser sur l’important et à rechercher la satisfaction à long terme plutôt que la gratitude à court terme.


Comment vivre au mieux les rechutes ?

medicament-addictionIl est important de garder en tête que la rechute fait partie du processus de réussite de la libération des addictions. On apprend à tomber, à se relever, à ne pas renoncer trop vite et à se projeter le plus loin possible.

Se pardonner vaut mieux que la honte ou la culpabilité qu’on peut ressentir quand on se sent fragile devant la tentation. Comme pour tout, il s’agit d’un apprentissage qui demande sans cesse continuer d’essayer pour pouvoir y arriver. Chaque retour en scelle est un pas plus ferme vers la réussite.

L’hypnose sera une alliée des plus d’efficace pour gommer les déclencheurs, trouver d’autres gratitudes et jouir de votre satisfaction là où elle se trouve vraiment. Comptez une base de 3 séances au départ ainsi que des séances de soutien mensuel en fonction du besoin jusqu’à ce que cela ne soit plus nécessaire et que vous soyez enfin… Libre !

« Notre capacité à faire des choix qui sont cohérents avec nos objectifs est le meilleur indice de notre santé et de notre bonheur ultime ».

Prendre Rendez-Vous en Ligne         Prendre Rendez-Vous par le Secrétariat

Hypnosia hypnose thérapeutique

Posez votre question

Poser votre question ci-dessous sur “Comprendre les addictions”. Nous y répondrons dès que possible.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.